PRIÉURÉ STE GENEVIEVE & FERME du centre-bourg

PATRIMOINE ARCHITECTURAL

 
 

Lieu abandonné et marqué par le temps

Et pourtant, lieu d’histoire, porteur de mémoire, qui ne demande qu’à revivre.

2 façons de concevoir son devenir:

On rase tout pour faire de la place

                OU

On réhabilite, et on fait revivre, comme l’ont su et voulu faire de nombreuses communes, étayées en cela par des experts officiels ( CAUE...) spécialisés dans la rénovation respectueuse et éclairée. Voir exemples plus loin*

Le coût: Rénover coûte cher dit-on..

Mais détruire, recycler, construire des bâtiments de qualité ? Cela revient aussi cher, sans compter la perte irrémédiable de l’histoire du village.

Le respect de la mémoire et de notre patrimoine commun ne méritent-ils pas toute notre attention et la mobilisation de nos compétences collectives ?


Au coeur du bourg:

un ancien prieuré devenu une ferme en 1790 «gêne» le dégagement de la place de l’église...

PRIEURE SAINTE GENEVIEVE



A Verneuil, une petite communauté de moines bénédictins s’installe entre 1096 et 1099 dans le prieuré, sous la protection de sainte Geneviève. Elle est dirigée par Eudes, qui, outre sa qualité de prieur est aussi parent du roi Philippe 1er.


Ce prieuré s’étend de la place de l’église jusqu’au mur de la salle Léo Lagrange, (c'est-à-dire l’ancien emplacement de l’AEVH) et comprend l’espace de l’école Jules Ferry ; toute la ferme du centre ville, et l’immeuble de l’association de musique.


Comment vivent les moines ?


Leur vie est réglée par les prières et par le travail.

La journée commence par les Vigiles nocturnes dans l’obscurité de l’église, puis les Laudes au lever du jour.

Il faut ensuite traire les 3 ou 4 vaches et préparer le fromage en faisant cailler le lait avec du gaillet «  caille-lait », faire le beurre avec la baratte à main, pendant que d’autres vident  le fumier  sur un tas dans la cour du haut.

Les vaches et les chevaux sont nourris à l’étable l’hiver : le foin est distribué dans les mangeoires.

Les poules grattent le fumier toute la journée. Les œufs sont récoltés, dans les nids parfois bien cachés derrière les fagots ou dans la paille. Après la moisson,  la paille est mise  en bottes et  entreposée  en meules dans la cour du haut.

Dans les greniers au-dessus des étables, on engrange le foin.

Le blé, l’épeautre, le seigle sont mis en tas dans la grange ; un vrai festin pour les souris, les mulots, et autres rongeurs !

Dans la cour du haut, à l’abri du Nord, les moines ont un verger avec des pommiers à cidre, des cognassiers, des poiriers ; ils  cultivent un potager : choux, épinards, lentilles, oignons, poireaux.

Une partie est réservée aux simples qui servent à soigner : arroche, bourrache, tanaisie, mauve, ortie, ail sauvage, persil, menthe…

Les herbes servent aussi à parfumer le plat principal : la porée qui est une soupe épaisse de feuilles vertes ,poireaux, blettes, d’oignons et de pain que l’on fait cuire longuement dans un chaudron posé sur un lit de braises dans la grande cheminée de la salle commune.

C’est là aussi dans le four creusé dans la cheminée que les moines chargés de la cuisine font le pain à partir du seigle ou de l’épeautre écrasés en farine grossière et gonflés au levain.


Les activités des moines sont ponctuées des prières de Prime, Tierce, Sexte, None et le soir des Vêpres et des Complies.

L’hiver, il fait froid dans l’église et les chambres non plus, ne sont pas chauffées.

Le prieuré est un pôle important dans la vie de Verneuil, ce sont ceux  qui invoquent le Ciel pour sauver les âmes.


Historique :


En 1104, le prieuré est donné, ainsi que l’église saint Honoré, bâtie à cette époque, à l’abbaye de Molesmes. Cette abbaye se situe en Côte d’Or, elle a une grande renommée due à la personnalité de l’abbé Robert qui l’a créée en 1075.

Les donations à l’abbaye sont courantes ; les seigneurs pensent à leur salut dans l’au-delà.


C’est l’époque de la première Croisade prêchée par Pierre Lhermite à Montataire, entre autres lieux.


Verneuil subit la guerre de Cent Ans de 1337 à 1453. Jeanne d’Arc bivouaque à Verneuil ; elle passe par Mont-la-Ville pour livrer et gagner une bataille contre les Anglais le 13 août 1429.


Verneuil doit lutter contre la famine de 1437, les pillages, les violences, la peste de 1438.

Au XIVe et XVe siècles, le pays est exsangue. C’est la fin du monde féodal. Toutes les abbayes et prieurés sont dévastés.


Durant le XVIe siècle, les guerres de religions font rage, jusqu’à l’Edit de Nantes en 1598.


L’église sera reconstruite, après avoir été remaniée au XVe siècle suite à l’effondrement du clocher.


La vie continue ainsi jusqu’à la Révolution. Un décret du 17 juin 1790 de l’Assemblée Constituante, supprime tous les établissements monastiques du pays ; leurs domaines deviennent des biens nationaux à vendre.


C’est ainsi que le prieuré de la place de l’église est vendu en 1791 à la veuve Dubard qui en fait une ferme !


************************************************

Merci aux Amis du Vieux Verneuil pour leurs recherches et leur Bulletin N° 16

de décembre 1985 ; Le prieuré Ste Geneviève de Verneuil en Halatte


*************************************************


Description du prieuré et de la ferme :


- L’entrée depuis la rue se fait par un porche en pierres et une petite porte.

La maison comporte 10 à 11 pièces ; il s’agit de la maison Van Houtteghem et de la maison qui abrite les cours de musique.

L’escalier en pierres permet de monter à l’étage.


  1. -Les dépendances comprennent :

    une grange à blé de six travées, (il s’agit de la grange dîmière détruite par la mairie au début des années 1980) .

    un bâtiment bas (perpendiculaire à la grange) qui se compose d’une étable, d’une bergerie, d’une petite grange et d’une écurie à chevaux plus un puits.

Le domaine comprend une cour basse et une cour haute comme c’est le cas à notre époque.


Son avenir :

Ce prieuré sera-t-il détruit pour en faire un parking comme le préconisent les rédacteurs du PLU ?

Gageons que cet ancien prieuré mérite d’être valorisé ainsi que les abords sud de cette magnifique église classée.



Irrespect du vieux Verneuil historique bâti ?


A quelle destination a-t-il été  pensé pour le centre bourg ?

Consultons le Plan local d’urbanisme (PLU*):

Extrait du PLU - partie Emplacements réservés - page 173

« ER 10: destiné au dégagement des abords de l'église dans le cadre de l'aménagement du centre-bourg. Correspondant à un ancien centre équestre, cet espace est occupé par des bâtiments qui « bouchent » les ouvertures visuelles autour de l'église. Un aménagement futur de cet espace pourra permettre de poursuivre la valorisation du centre-bourg, et pourrait si nécessaire s'accompagner d'une offre supplémentaire de places de stationnement.

La parcelle n°3. occupée par un bâtiment en position avancée sur la place, ( c’est à dire l’ensemble dont fait partie l’école de musique ) pourra également être concernée par un dégagement futur des abords de l'église elle n'est pas intégrée à l'emplacement réservé dans la mesure elle appartient à la Commune.»


(PLU*)

Le PLU a été conçu  et approuvé par le conseil municipal en 2008. Il décrit les grandes orientations d’urbanisme décidées par les élus.

L’idéal serait que les élus concertent la population sur les grandes orientations et les choix importants mettant en jeu l’avenir du village, sa configuration, son cadre de vie, son patrimoine, ses ressources naturelles, foncières, environnementales....

    Y a-t-il eu concertation sur ces fondamentaux ?

   

Nous proposons:

de valoriser les alentours de l’Église en réhabilitant les dernières acquisitions de la commune en plein coeur du village.

La ferme et le Prieuré sont porteurs de la mémoire du village, de sa vie et de son architecture. Ils représentent un symbole fort:

Une fois démolis, les lieux anciens ne repoussent pas.

Faire table rase du passé pour mettre des parkings ou une superette ?

La commune a besoin de locaux ( crèche, cantine, bureaux, salles des associations, commerces... ).


ET AILLEURS, EN PICARDIE ?

Des exemples nombreux de réhabilitation existent autour de nous.

Exemple 1 à Plailly, où une salle communale a été créée à partir d’une ancienne grange...

voir lien ci-dessous, et fiche. http://www.caue60.com/f_liste_fiches.asp


Exemple 2 à Chamant, où un commerce s’est installé dans une ancienne ferme.


Exemple 3 à Authie (80), Réaménagement du Prieuré en 1996.

Réhabilitation d’une ferme utilisée en centre de petits commerces à Chamant

Revenir en haut de pageshapeimage_5_link_0

Il n’y a pas qu’à Verneuil que les lieux anciens ont besoin de réhabilitation.

La mairie de Quimper a su restaurer avec soin ses vieux quartiers historiques, et démarre la restauration d’un Prieuré vénérable.

Ce lieu accueillera logements, bureaux et ateliers, en même temps qu’il retrouvera son cachet de qualité.

                                                            *

Qu’allons nous décider à Verneuil ? Faire des parkings, ou marier le passé au présent ?

Comment sera géré ce choix qui implique notre cadre de vie et notre patrimoine collectif ?

En concertation avec la population, ou en petite commission fermée d’élus.

                                                             *

ET AILLEURS QU’EN PICARDIE ?

FORGE

Les bâtiments de facture plus ancienne correspondent aux LOGEMENTS DE L’ANCIEN PRIEURÉ.

Ils débouchent sur la place de l’église, c’est l’école de musique et le bâtiment joint, plus une demeure contigue .

Le tout forme un T.


La ferme est constituée de 2 bâtiments restants en forme de L

L’aile sud-est  est en meilleur état que l’aile nord-ouest, mais a traversé les siècles, et le tout est restaurable.


AILE SUD-EST ci-dessous


AILE NORD-OUEST ci-dessous.

Une mise hors d’eau préventive serait nécessaire rapidement

pour éviter que les lieux ne se dégradent,



Pierres de taille, charpentes en chêne, poutres puissantes, escaliers en pierre, caves voûtées...

Pierres de taille, charpentes en chêne, poutres puissantes, escaliers en pierre,

caves voûtées...

Greniers à foin.

le grain était entreposé dans la grange située au nord, le foin servait à nourrir les bêtes et était un isolant pour le froid

Il est probable que les vachers dormaient dans ce foin.

L’ancienne FORGE, plus petite, constitue un 3ème batiment, plus réduit, adossé à l’église.



ET ENCORE AILLEURS EN PICARDIE ?

Si vous vous sentez concerné, par le devenir de ce lieu de mémoire en particulier,

par la pérennité du village de Verneuil en Halatte en général,

contactez-nous, afin que nous puissions oeuvrer à conserver son patrimoine et ses richesses.

Envoyez-nous vos remarques, vos réactions, vos réflexions, vos coups de gueule...


A quoi pense-t-on quand on évoque le centre-bourg de Verneuil en Halatte ?

Centre-bourg, vous avez dit centre-bourg ?

L’église, la Mairie, l’école de musique, la pharmacie, la bibliothèque ... ?

Oui, mais, cherchez encore:


Bien caché derrière des barrières closes, entre l’église et l’école de musique, s’ouvre le passage à un lieu de grande étendue, connu surtout des anciens habitants, car dissimulé aux regards.


Ecoutons ce que ces vieilles pierres ont à nous dire !


«  Je suis une ferme fort ancienne qui a vu Verneuil se construire autour d’elle.

J’ai été rattachée au Prieuré Ste Geneviève jusqu’en 1790.

Je m'étends sur une longueur de 450 m, depuis les contreforts-arrières de l'église jusqu'au mur de l'ex-emplacement de l'AEVH, et sur une largeur de 200m, adossée à l'école J Ferry.


Je suis la ferme de la place de l'église, voisine de l'école de musique.

Je m’ouvre sur la place par un portail serré entre l'église et la maison.


Je me divise en deux cours, la cour-du-bas et la cour-du-haut séparées par des bâtiments à usage d'étable et d'écurie jusqu’à la première moitié du XX° siècle.


Pôle essentiel de la vie du centre de Verneuil pendant des siècles, de par ma position jouxtant l’église, j’occupe un rôle clé dans le village.



Durant des générations, j’ai servi les Vernoliens leur fournissant lait, fromage blanc et beurre de mes vaches ; blé pour faire du bon pain ; j’ai nourri mes hôtes des légumes de mon potager et des fruits de mon verger.


Je peux encore proposer mes murs pour y accueillir une cantine pour les enfants, des manifestations culturelles, des lieux de réunion, des ateliers, des logements... ... et tout ce que vous voudrez bien trouver pour que je puisse continuer à vous servir  »



        Rappel : Les disparitions des 25 dernières années :

    Menaces sur Prieuré et Ferme du centre-bourg


Les disparitions des 25 dernières années ajoutées aux menaces sur Prieuré et Ferme du centre-bourg ne seraient-elles pas trop conséquentes ?

Carte avec l'aimable autorisation de

PAGE SUIVANTELA_VIE_A_LA_FERME_DU_PRIEURE.htmlLA_VIE_A_LA_FERME_DU_PRIEURE.htmlshapeimage_8_link_0